lundi 24 mars 2014

Allaitement et don de lait maternel [Témoignage de Roxane]

 
Je m'appelle Roxane, j'ai 28 ans, et je suis maman de 5 loustiques.
 
Mon ainé est arrivé pour mes 19 ans, par choix. Je savais que je l'allaiterai (d'ailleurs, je ne m'étais même pas posée la question), et c'est peu de temps avant sa naissance que lors d'une émission télé, j'ai entendu parler des lactariums. A sa naissance, on m'a donné un papier sur lequel figuré un numéro de téléphone pour plus de renseignements. J'ai attendu 3 semaines, que ma lactation soit bien lancée, et j'ai appelé. On m'a tout expliqué, et on m'a donné rendez vous à la maison. Une infirmière est venue, m'a prescrit une PDS à faire et quelques biberons (j'avais déjà un tire lait manuel), et m'a expliqué comment stériliser, congeler mon lait, combien de temps au réfrigérateur etc...
Etant à la maison et sans emploi à ce moment là, j'ai compris que quelques minutes de mon temps par jour pour tirer un peu de lait serait bon pour ces bébés qui ont un peu moins de chance ou qui arrivent trop tôt. J'ai vite pris goût à voir mon congélateur se remplir de ce lait qui aiderait ces prématurés, ce qui ne me coûtait rien financièrement mais qui était vraiment utile !
Chaque semaine, je devais rendre environ 2 à 3 litres de lait (j'avais beaucoup de lait et mon fils était un petit bébé qui tétait souvent mais peu, mais moi j'en produisais beaucoup). Il s'est finalement sevré vers 7 mois, rapidement ( envie d'autres horizons) mais je n'ai pu me résigner à arrêter si vite, je me disais que tant que je pouvais donner, je le ferai. L infirmière m'avait dit qu'au delà des 9 mois de mon fils, le lactarium ne prendrait plus mon lait mais en attendant, j'ai continué à tirer chaque jour au moins un biberon de 250ml jusqu'aux 9 mois de mon fils. J'ai eu un pincement au cœur à la dernière "rencontre" avec l'infirmière mais je savais que j'avais fait quelque chose de simple, mais de bien.
 
Quand bébé 2 est né, je n'ai pas hésité, pourtant dans une situation difficile pour moi et lui, même en passant par une dépression post partum, j'ai donné mon lait durant 6 mois . Moins certes, mais quand même, et j'avouerai (je n'ose pas citer son nom mais je ne l'oublierai JAMAIS) que l'infirmière (qui était différente puisque j'avais déménagé entre temps que du coup, je ne dépendais plus du même secteur ) qui m'a énormément aidé dans mes difficultés de mère. Au delà d'une simple collectrice, elle m'a donné confiance en moi, m'a ouvert les yeux sur ce que j'étais et vraiment poussé à prendre soin de moi. Elle était la seule à ce moment là, à me comprendre sans me juger. Quand cet allaitement a pris fin pour des raisons de santé (il fallait que je me soigne ), j'ai eu aussi un énorme pincement au cœur. Mais nous sommes restés plus ou moins en contact quand, 2 ans après, bébé 3 est né !
 
 
A sa naissance, pareil, je devais être à la maternité quand cette collectrice est passée faire 'sa pub' dans ma chambre et là, grandes retrouvailles! Nous sommes émues pour nous deux. 10 jours après, elle était chez moi autour d'un café tout en comptant les bib de lait stockés au congélateur. 8 mois durant, chaque semaine, nous avions notre petite habitude du café/papotages et échanges, elle connaissait bien mes enfants, mon mari, faisait partie de la famille.
 
Lorsque l'allaitement s'est arrêté, c'est bébé 4 qui s'est invité dans notre famille. Rebelote, à la maternité, dans ma chambre : "toc toc me revoilà ". Mais, ces deux bébés n'ayant que 16 mois de différence, le manque de temps et d'énergie ont fait que je n'ai pu donner que 2 ou 3 mois... Je m'en suis voulu parce que pourtant j'avais pas mal de lait mais, j'avoue que le peu de temps que j'avais tranquille était vraiment un temps pour me reposer.
 
 
Au 1er anniversaire de bébé 4, c'est au tour de bébé 5 de s'inviter et là aussi, j'ai pensé des dizaines de fois à relancer le lactarium mais...une grande famille demande pas mal d'énergie et, je ne voulais faire la démarche que si j'étais sûre de donner suffisamment de lait pour ne pas faire déplacer quelqu'un pour rien...Et là, je sentais que j'avais ce qu'il fallait pour mon bonhomme mais pas forcément beaucoup plus. Maintenant que je suis reposée (vive les bonnes nuits) je le ferai volontiers mais il a quasiment 10 mois et je sais que c'est trop tard...
 
C'est un sujet qui revient souvent à la maison, et je me sens parfois bête de ne pas avoir pu donner plus, et même si j'ai fait comme j'ai pu j'ai encore l'impression de pas assez ... Bref, si bébé 6 il y a , je donnerais.
  
En tout cas, tout ça pour dire que c'est sincèrement une démarche qui donne confiance en soi, dans une société ou l'allaitement passe parfois comme quelque chose d'archaïque mais ces personnes qui critiquent, peuvent aussi avoir des bébés prémas ou souffrants et, ces gens là seront bien heureux de trouver du lait maternel pour redonner des forces et des anticorps à leur bébé.  J'ai toujours mis ma fierté de côté et j'ai fais ce qui me semblait bon à moi.
 
Un simple coup de téléphone, et la machine est lancée, vous arrêtez quand vous voulez, on ne vous demande rien, pas de minimum, on vous fournit tout, aucune dépense liée à ce geste, et en plus vous rencontrez des gens qui ont le cœur sur la main... Vive les lactariums et vive l'allaitement !
 
 
Merci mille fois Roxane d'avoir accepté de témoigner de tes expériences d'allaitement et de dons de lait au lactarium sur le blog. Merci pour ce partage intime et touchant, merci pour ta confiance et pour tes magnifiques photos. Vous êtes une bien jolie famille qui respire le bonheur....
 
Vous souhaitez en savoir plus sur les lactariums et/ou en trouver un près de chez vous? Rendez-vous sur le site ICI !
 
Lauriane.

10 commentaires:

  1. je voulais le faire mais impossible dans mon coin... bravoooo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui il manque cruellement de lactariums en France, surtout dans le sud....

      Supprimer
    2. moi j'ai donné au départ pour celui de Poitiers, puis celui de Marmandes (Bordeaux ), je sais qu'il y en a sur Paris, mais les autres, je ne sais pas...on devrait avoir plus d'infos sur la cartographie des lactariums...

      Supprimer
    3. j'ai mis le lien en bas de l'article avec la carte des lactariums de France :)

      Supprimer
  2. Je trouve cette démarche vraiment belle et utile. J'ai allaité ma fille 7 mois et j'y ai pensé à plusieurs reprises sans oser passer le cap. Peut être que pour mon deuxième, je le ferai ... Il me reste quelques questions ... Pourquoi cela s’arrête à 9 mois ? N'y a t'il pas un risque que les montées de lait soient plus douloureuses et qu'il n'y en ai plus assez pour le bébé ? Vous pouvez me répondre sur mon blog http://maman--testeuse.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. alors moi , le lactarium m'avait expliqué qu'avec autant d'écart (de la naissance à 9 mois ), le lait maternel évoluant tellement, qu'il ne convenait plus à des prémas par exemple. Pas qu'il soit mauvais, mais plus assez riche pour qu'ils puissent en profiter pleinement. Maintenant, c'était il y a deux ans, vu le manque de don, peut être qu'ils prennent sur plus longtemps ? c'est une question à poser directement auprès des centres qui gèrent et récoltent le lait :)

      Supprimer
    2. merci pour tes précisions Roxane ! C'est une bonne question Stella, je vais tâcher aussi de prendre davantage de renseignements sur le sujet :)

      Supprimer
  3. PS : votre blog est vraiment génial, j'adhère totalement ! Pour vous suivre, je vous ai mis dans mon blogroll ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh merci beaucoup ,ça me touche beaucoup !! Je vais aller voir le votre :)

      Supprimer
  4. Bonjour, joli témoignage. Je donne moi même mon lait au lactarium de Lille et c'est vrai que le 1er pas n'est pas évident mais ensuite c'est que du bonheur et de la fierté :-)

    RépondreSupprimer