vendredi 28 mars 2014

Rituels et usages thérapeutiques autour du placenta


Chez les animaux humains, dans nombre de cultures (notamment en Inde), le placenta est récupéré sous diverses formes afin d'être utilisé pour restaurer ou relancer le système immunitaire.

"Placenta" signifie gâteau en latin et en allemand le mot est encore plus explicite "mutterkuchen", qu’on peut traduire par « gâteau de la mère ».

Paul Blow
Riche en vitamines et hormones, dont en prostaglandines et ocytocines qui favorisent à la fois la rétractation post-partum de l’utérus et la montée laiteuse. 

Le placenta réduit la douleur consécutive à l’accouchement, aide à prévenir la dépression post-natale, permet une remise en place rapide des organes, une meilleure récupération, évite les engorgements et les lymphangites, atténue la chute des cheveux.

En France (considéré comme déchet) on nous le "vole" (car il est à nous) , pour être revendu et en faire des produits cosmétiques de luxe (
l’un des plus vieux remèdes et élixirs de beauté du monde).


A quoi peut servir le placenta après l'accouchement ?

Il faut, tout d'abord, se souvenir que l'enfant dépend pendant ses 7 premières années du système immunitaire de sa maman. Après il aura le sien. 


Description du placenta et de ses fonctions :

Le placenta est fusionné à la paroi utérine pendant la grossesse. Il pèse près de 500g, fait 25mm d’épaisseur, et son diamètre est de 22cm en moyenne.


Il joue le rôle des organes du bébé jusqu’à ce que ceux-ci soient suffisamment développés pour prendre le relais. Il produit les hormones de grossesse, ravitaille le bébé, filtre les substances nocives au bébé, joue le rôle de défense immunitaire et protège des maladies.


Il est constitué d’une face maternelle et d’une face fœtale avec en son centre le cordon ombilical relié à son opposé au bébé et de couches entre ces 2 faces qui filtrent les toxines.


Une fois le bébé sorti, le placenta se détache de la paroi utérine. Les toxines stockées dans le placenta sont alors en partie libérées.  La maman est alors exposée à une libération énorme de toxiques. Aussi, le placenta est le seul organe qui ne sera jamais rejeté en cas de greffe.




Le placenta, conservé, peut aussi soigner l’enfant, la fratrie, la mère et les grands-parents.  Il est le plus féminin des remèdes de santé, utilisé depuis que l'Homme est Homme .. Riche en ocytocine, il permet aussi le développement de la capacité à aimer.

Depuis la première interdiction, les recherches officielles sur le sujet ont été détruites ou perdues.  Cependant, les constats ont démontré que l'utilisation du placenta aide notoirement à une réhabilitation corporelle rapide de la jeune maman après l'accouchement et un apport efficace dans l'auto-médication préventive du nourrisson.


A cet égard, il faut savoir qu'un bébé né sous péridurale, césarienne ou forceps va accumuler au passage une vague d'émotions négatives qui se traduisent couramment par des régurgitations fréquentes, de la nervosité, des sursauts sans raison etc...
Un passage chez l'ostéopathe dans le premier cas, allié à la prise d'homéopathie placentaire peuvent aider à résoudre ce type de problèmes pas graves mais désagréables.


Il existe plusieurs façons de conserver et bénéficier des bienfaits du placenta :


- > faites votre propre isotopie placentaire (puisque les laboratoires n'ont plus le droit de le faire en France et dans le reste de l'Europe ce n'est autorisé que pour les habitants du pays où se trouve le laboratoire ...)

-> Déshydratez le placenta et conservez le en poudre

-> En Chine, tout comme dans l’Allemagne du XVIIe, le placenta est cuit dans l’eau, et autant la matière que le liquide de cuisson sont utilisés pour la fabrication de différents remèdes. La recette la plus connue est certainement la soupe dite “des suites de couches”...

-> Pour stériliser le placenta, on place un récipient plat contenant de l’eau vinaigrée sous le placenta dans le four. À 70 degrés C, les vapeurs de vinaigre détruisent les germes en une heure. L’eau étant extraite des tissus placentaires par le séchage, il n’y a pas à craindre de réaction avec la vapeur de vinaigre.
Dans la tradition égyptienne, on sèche le placenta au soleil (ou au four), jusqu’à ce qu’il devienne dur et cassant. Si le placenta est atteint de levures, le processus de séchage permettra de le stériliser. Ensuite, de petits morceaux sont moulus, passés au mortier jusqu’à être réduits en poudre.

-> Le placenta peut ainsi être conservé frais au réfrigérateur pendant environ 5 jours, plus longtemps, il doit être congelé. Lors de la congélation, la vitamine B est perdue, mais les hormones et beaucoup d’autres composants demeurent intacts.

- Méthode du séchage du placenta :


-Tout d’abord, pasteuriser le placenta, à partir de 70 degrés C. Puis procéder au séchage. Placer le placenta au four en gardant la porte de celui-ci légèrement ouverte pour évacuer l’humidité et régler le thermostat à environ 100 degrés C. À l’intérieur, on doit avoir minimum 70 degrés C au thermomètre.



Une heure après, baisser la température du four à 50 degrés C toujours en laissant la porte ouverte au premier degré. On peut coincer une cuillère en bois dans la porte du four et laisser le ventilateur en marche.
Un placenta de 500 grammes d’épaisseur normale a besoin de 30 à 40 heures de séchage pour devenir noir et sec. Après séchage, le casser, le réduire en morceaux puis en grains et enfin en poudre. Plus la poudre en fine, plus la préparation sera facile.
Le placenta doit être parfaitement momifié avant d’être réduit en poudre. Selon la taille et l’épaisseur, il faut environ trois jours et trois nuits pour que le placenta soit suffisamment sec pour être cassé en morceaux.
Tout au long du processus de séchage, l’exposition à la chaleur devrait être la plus douce possible possible afin de préserver les substances thérapeutiques. À la fin, le placenta aura réduit sa taille de moitié.
On râpe alors les petits morceaux secs de placenta avec une râpe à cuisine puis on les passe au moulin à café ou à grains ou au mortier. À chaque tour du moulin, on filtre la poudre et l’on continue à moudre les morceaux restants. Si la poudre n’est pas assez fine à la fin de la mouture, on peut y ajouter un excipient comme du sucre cristal, de la silice ou de l’argile. Les cristaux de l’excipient sont censés moudre la poudre très finement. La poudre de placenta une fois prête doit être conservée au frais et au sec. L’étiquetage du bocal avec la date de préparation, la proportion d’excipient et la provenance de la matière première doit figurer sur le bocal.
Par expérience, on sait que la poudre peut se conserver trois ans.


- Recettes pour remèdes placentaires :

Avant toute préparation de remèdes placentaires, pensez à désinfecter scrupuleusement vos ustensiles et à stériliser vos récipients. Lavez-vous les mains avec soin à l’aide d’une solution désinfectante avant de manipuler le matériel et ingrédients.

Boisson au placenta :
- Un morceau de placenta frais
- Du jus de fruit ou des fruits frais
Mixez un morceau de placenta frais avec du jus de pomme, une demi-banane ou d’autres fruits de votre choix.

Remède placentaire homéopathique :
- Placenta
- Cognac ou autre alcool de votre choix


Utilisez un morceau de placenta congelé ou mixé ou tout simplement un morceau de placenta frais.
Ajoutez dans un flacon ou un récipient en verre opaque une part de placenta pour 9 parts de cognac (vous pouvez utilisez du whisky, de la vodka, de l’eau-de-vie ou de l’alcool blanc à 90 degrés C) : un morceau de placenta de la taille d’une noix dans 90ml de cognac ou une c. à café de placenta pour 9 cuillères à café de cognac.

 Laisser reposer 3 jours ou plus dans un endroit frais, à l’abri de la lumière.
Prélever une part de la mixture et y ajouter 99 parts de cognac, par exemple 2 ml de la mixture pour 198 ml de cognac.
Jeter la première mixture.
Verser la seconde mixture dans un flacon en verre bien refermé et procéder à la dynamisation en secouant vigoureusement le flacon 100 fois de suite pour activer l’énergie des molécules du produit, par exemple en le frappant contre la paume de votre main. Concentrez-vous sur le geste. Vous venez d’obtenir la teinture mère ou dilution 1C.
Conserver la teinture-mère dans un flacon de verre opaque au frais et à l’abri de la lumière.
Pour préparer les dilutions supérieures à 1C ou dilutions homéopathiques, il suffit de prélever une part de teinture-mère 1C et de la mélanger à 99 parts de cognac. Secouer 100 fois et vous obtenez la dilution 2C. Pour obtenir la dilution 3C, prélever une part de 2C et mélanger 99 parts de cognac. Secouer 100 fois.
Procédez ainsi de suite jusqu’à la dilution souhaitée.



Extrait tiré du livre, Le Placenta Rituels et usages thérapeutiques, Cornelia Enning – Éditons du Hêtre






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire